Accueil Emploi Quelle formation suivre pour devenir courtier ?

Quelle formation suivre pour devenir courtier ?

Quelle formation suivre pour devenir courtier ?

Devenir courtier ne s’improvise pas. Ce professionnel suit un processus d’apprentissage en adéquation avec son domaine. Il se forme sur une période donnée. Cette formation lui permet d’apprendre les bases et de développer des techniques de son domaine. Elle est offerte par des structures dédiées. Découvrez dans cet article la formation IOBSP pour devenir courtier.

La formation IOBSP : c’est quoi ?

Depuis le 15 janvier 2013, les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement (IOBSP) sont obligés de souscrire à l’ORIAS. En général, on dispose de 3 niveaux de formations IOBSP. Ces derniers dépendent relativement de votre activité. 

A lire aussi : Travail : conséquences sur la santé et le corps

Conformément au décret n°2012-101 du janvier 2012 en rapport aux IOBSP, le niveau 1 de la formation IOBSP comporte tous les savoirs et savoir-faire indispensables pour développer votre activité de courtier. Il permet de devenir :

  • Courtier en opération de Banque et Services de Paiement (COBSP) ;
  • Courtier en crédit immobilier ;
  • Courtier en prêt immobilier ;
  • Courtier en crédit à la consommation ou services de paiement.

Comment se déroule la formation IOBSP ?

La formation IOBSP niveau 1, prise en charge totalement par l’OPCA, CPF, Pôle-Emploi, est établie sur 150 heures. Elle regroupe 5 modules en tout et pour tout.

Lire également : Dans quel cas pouvez-vous démissionner de votre emploi ?

Les cours sont proposés en PDF et QCM d’entrainements. À l’issue de la formation, chaque candidat est soumis à un examen (QCM de 100 questions) de 1 heure. Vous devez donner 70% de bonnes réponses pour réussir votre examen.  Une session de rattrapage est organisée à l’endroit des candidats ayant échoué à la première session. Après la formation, vous obtenez l’attestation pour la certification ORIAS. 

Les autres formations utiles pour devenir courtier

Au-delà de la formation IOBSP, d’autres formations peuvent être très utiles pour devenir courtier. Voici quelques exemples :

Cette formation permet aux futurs courtiers de maîtriser les mécanismes financiers et fiscaux nécessaires à la bonne gestion du patrimoine des clients.

Au-delà des connaissances théoriques, il faut bien savoir vendre ses services. La formation en techniques commerciales permet d’acquérir les compétences nécessaires pour convaincre et fidéliser une clientèle.

Pour réussir dans ce métier, il faut savoir communiquer efficacement avec les clients mais aussi avec les partenaires bancaires et financiers. Une formation en communication orale et écrite vous aidera à améliorer votre expression ainsi que votre aisance relationnelle.

Ce secteur étant constamment sujet à des évolutions législatives, réglementaires ou technologiques, l’apprentissage continu est essentiel pour rester au fait des dernières tendances du marché.

Bref, se former ne s’arrête pas après la certification ORIAS obtenue grâce à la formation IOBSP. Pour exercer cette profession passionnante qu’est le métier de courtier financier dans sa globalité, nous vous conseillons vivement d’enrichir vos compétences par ces différentes formations !

Les compétences nécessaires pour réussir dans le métier de courtier

Maintenant que vous avez une idée de la formation nécessaire pour devenir courtier, il faut avoir les compétences nécessaires pour réussir dans ce métier. Voici quelques-unes des qualités essentielles :

Le courtier doit avant tout être un bon commercial. Il doit savoir écouter et comprendre les besoins de ses clients, ainsi que leur proposer des solutions adaptées à leur situation financière.

Un autre atout clé du courtier est sa capacité à créer et maintenir des relations solides avec ses clients et partenaires bancaires. Il doit être doté d’un sens aigu du relationnel pour pouvoir communiquer efficacement avec différentes parties prenantes.

La rigueur est une qualité indispensable chez le courtier car elle rassure les clients sur la fiabilité de son travail. L’organisation lui permettra d’être réactif aux demandes des clients et d’éviter toute erreur lorsqu’il gère plusieurs transactions en même temps.

Maîtrise technique

Au-delà de ses compétences commerciales, le courtier doit aussi maîtriser les aspects techniques relatifs au crédit immobilier ou à l’assurance emprunteur, par exemple, ainsi qu’à la réglementation financière.

Le métier de courtier exige un ensemble complexe de compétences commerciales, techniques et interpersonnelles qui ne sont pas enseignées dans toutes les formations. La formation IOBSP est un bon début, mais pour être compétitif sur le marché et réussir dans ce métier passionnant, il faut développer toutes ces qualités et connaissances.

Les débouchés professionnels après une formation de courtier

Après avoir suivi une formation de courtier, vous pouvez envisager différents débouchés professionnels en fonction de vos aspirations et compétences. Voici quelques exemples :

Les banques et les organismes financiers recrutent des courtiers pour leur expertise dans la négociation des crédits immobiliers ou à la consommation. Le courtier travaille alors comme indépendant mais collabore étroitement avec l’organisme financier.

Après plusieurs années d’expérience, le courtier a la possibilité d’ouvrir sa propre entreprise spécialisée dans le conseil en financement immobilier, rachat de crédit ou encore assurance emprunteur. Cela permet au professionnel d’exercer son métier tout en étant totalement autonome sur ses choix stratégiques.

Certains réseaux nationaux voire internationaux proposent aux futurs courtiers immobiliers des formations complémentaires ainsi que les outils et les moyens nécessaires pour se lancer efficacement dans ce secteur concurrentiel.

En tant que professionnel chevronné du secteur immobilier, le titulaire du droit IOBSP bénéficie aussi de perspectives d’évolutions intéressantes vers des postes plus managériaux.

Au-delà du développement personnel qui accompagne chaque carrière réussie, les débouchés professionnels sont variés et nombreux. La formation IOBSP, adaptée aux enjeux du marché actuel et à l’évolution des métiers de la finance, constitue une valeur ajoutée pour tout professionnel du secteur financier.

Le choix d’une carrière en tant que courtier peut être un très bon choix. Il s’agit d’un métier exigeant mais passionnant avec des perspectives de carrière intéressantes pour ceux qui ont l’ambition et les compétences nécessaires.

Les avantages et inconvénients de suivre une formation en présentiel ou à distance

Lorsque vous décidez de suivre une formation pour devenir courtier, l’une des premières questions à se poser est le choix du mode d’apprentissage. Aujourd’hui, les deux modes d’enseignement principaux sont le présentiel et la formation à distance. Chacun a ses avantages et inconvénients.

Ce type de formation est organisé dans un établissement dédié et suit un calendrier précis qui peut s’étendre sur plusieurs semaines ou mois. Elle offre plusieurs avantages :

• L’interaction avec les autres étudiants : Le partage d’expérience avec les autres apprenants est l’un des points forts de cette méthode. Les contacts humains permettent aussi de tisser des liens plus solides entre chaque participant.

• L’échange direct avec le formateur : La possibilité d’avoir une réponse immédiate aux questions que vous pourriez avoir ainsi qu’un suivi personnalisé pendant toute la durée du cours.

• L’accès à des équipements spécifiques : Certains établissements mettent à disposition leur plateforme matérielle afin que les participants puissent manipuler certains outils spécialisés.

Malgré ces nombreux avantages, la présence physique n’est pas toujours possible ni envisageable pour tout le monde.

Les formations en ligne sont aujourd’hui pléthoriques sur internet mais vous devez bien sélectionner son prestataire car tous ne proposent pas forcément le même niveau d’exigence.

Pas de contrainte géographique : La formation à distance permet aux apprenants de suivre les cours de chez eux ou depuis leur lieu de travail.

Horaire flexible : Les programmes sont souvent accessibles en ligne 24 heures sur 24, ce qui est idéal pour les personnes qui ont des emplois du temps chargés.

• La perte d’interaction humaine : Cette méthode peut s’avérer solitaire et certains étudiants peuvent se sentir isolés face à l’écran. L’aide est souvent reportée au lendemain et la réponse n’est pas immédiate.

Quel que soit le mode choisi, une bonne compréhension des avantages et inconvénients aidera chaque candidat dans son choix final. À noter toutefois que ces modes ne sont pas exclusifs entre eux : plusieurs organismes proposent aujourd’hui des formations mixtes alliant présentiel et e-learning, avec un accompagnement personnalisé adapté pour tous les profils.

ARTICLES LIÉS