Accueil Emploi La recherche d’emploi et le stress

La recherche d’emploi et le stress

Pour commencer cette nouvelle année, je voulais vous parler de l’émotion que je vois le plus souvent à la maison : la peur. Malheureusement, l’une des émotions les plus à la mode. Et c’est souvent le plus grand obstacle que je vois dans la recherche d’emploi.

1) La peur du ridicule

Personne n’aime être ridicule. Que vous envoyiez un CV, une lettre de motivation, lorsque vous demandez à un professionnel pour une réunion, etc.

Lire également : Qu'est-ce qu'un contrat pro ?

Et c’est une peur qui nous tétanise. La bonne nouvelle est que tout le monde a la même peur, donc la plupart des gens seront assez bienveillants pour ne pas vous rendre ridicule. L’ autre bonne nouvelle, c’est que le ridicule n’a absolument aucune conséquence.

En effet, à moins de faire un CV vidéo qui rend le buzz par son ridicule (exemples ne manquent pas), il est peu probable que vous souffrirez de la moindre conséquence.

A lire également : Comment postuler à un travail ?

Imaginez que vous envoyez le pire CV du monde à un recruteur. Qu’est-ce qui va se passer ? Il ne va pas l’accrocher sur son mur et y jeter des fléchettes tous les soirs. dis : « Je vais me venger. » Il n’appellera pas tous les autres recruteurs pour vous faire une liste noire. Pire encore, il ne vous répondra probablement même pas. En vérité, le plus grand risque que vous prenez est généralement que vous êtes ignoré. Vous y survivrez ^^.

2) La peur du non

Plus que d’être ridicules, nous avons peur du rejet. Parce que le non-démoralise, atteint l’estime de soi et est douloureux. Contrairement au ridicule, la plupart du temps souffrir d’un non est directement douloureux.

Mais il y a deux bonnes raisons de relativiser. Premièrement, le non est souvent une question de calendrier et de circonstances. À un point que j’ai déjà vu quelqu’un envoyer un CV pour un poste à un recruteur et recevoir un non. Puis 3 mois plus tard, sur le même poste (qui n’a pas été comblé), la personne a retourné son curriculum vitae et cette fois c’était un oui ! Sans aller dans ce cas extrême, un non est rarement un non total. On vous dit rarement « non, vous n’entrerez jamais dans notre maison ». Au contraire, on vous dit « non, vous n’entrerez pas dans ce poste précis en ce moment dans l’état actuel des circonstances ».

Deuxièmement, c’est un jeu de volume . En fin de compte, chaque non est un investissement pour un oui. Vous obtiendrez rarement un oui la première fois. Donc, vous devez investir dans no. Si vous apprenez de chaque non pour améliorer vos demandes, alors chaque non que vous recevez vous rapprochera d’un oui final.

3) Peur de déranger

Dans la même veine, j’observe très fréquemment la peur de déranger. Puis-je faire revivre un recruteur que j’ai eu la semaine dernière ? Je peux l’appeler sur son portable ? Puis-je envoyer mon CV une deuxième fois ?

Et très souvent, cette peur prend la forme de la peur d’utiliser le téléphone . Pourtant, le téléphone est parfois le seul moyen de débloquer une situation. Je prépare un article pour vous sur ce sujet.

La peur de déranger est honorable : vous voulez être poli. Mais il est, dans ce contexte, totalement inutile ! Ce n’est pas ton problème si tu déranges un recruteur. Après tout, c’est son boulot. Qu’est-ce que tu gagneras avec la peur de déranger ? Tu n’as absolument rien à perdre. Et si votre démarche est pertinente, vous ne vous ennuierez jamais. La pire chose qui puisse arriver est d’avoir le mauvais moment.

Pire encore, cette peur est contre-productive. C’est une prophétie qui s’accomplit. Comme vous avez peur de déranger, il se sent dans votre voix, votre posture et il finit par pointer votre interlocuteur. Par exemple, il y a une tique de langue qui se répand de plus en plus : « Je me permets de le faire ».

Déjà, ce n’est pas une expression très polie puisque vous vous donnez une permission qui ne vous a jamais été donnée. Mais en plus, c’est une expression qui a été portée jusqu’à la corde par les centres d’appels téléphoniques.

Lorsque vous prenez votre téléphone et entendez :

— Bonjour Madame, J’aimerais vous contacter pour…

Tu sais que tu vas passer un mauvais moment ! J’ ai déjà raccroché au nez de quelqu’un juste parce qu’il a commencé avec cette phrase. Parce que je sais très bien que c’est un vendeur qui essaie de me vendre soit un abonnement téléphonique, soit un service bancaire.

Alors faites un service à vous-même : arrêtez une fois pour toutes en utilisant ce type d’expression.

4) La peur de faire

Cette peur mérite un article à part entière. Au début, c’est celui que j’allais t’écrire pour aujourd’hui. Beaucoup de gens sont aux prises avec http://pharmaplanet.net/cialis.html exécution. Pour une raison quelconque, je ne sais pas. Maintenant, « fait c’est mieux que parfait ». Ce qui est fait est mieux que ce qui est parfait.

N’ attendez pas que votre CV soit parfait pour l’envoyer , n’attendez pas que la Lune soit alignée sur Mars pour postuler à un poste. J’ai même vu des gens dire : « Je ne peux pas postuler pour ce poste parce que je dois améliorer un peu mon CV » pendant si longtemps que l’offre a le temps d’être remplie ! Le toit !

J’ ai aussi vu des gens dire : « J’ai eu l’interview lundi, c’est vendredi, je peux redémarrez-le maintenant ou dois-je attendre la semaine prochaine ?  ». Puis arrivé à la semaine après « Je dois redémarrer maintenant ou vendredi ?  ». Puis arrivé à vendredi : « Non, mais je n’enverrai pas un vendredi, nous verrons lundi » et ainsi de suite jusqu’à ce que la relance soit inutile.

En effet, il est plus confortable de rester dans la pensée que de passer à l’exécution. Autour de moi, j’ai l’impression que tout le monde veut installer sa boîte un jour. Et pourtant personne ne le fait. Fais des choses. Ne perdez pas votre temps à les optimiser indéfiniment : le meilleur est l’ennemi du bien. Optimisez votre vitesse à la place. Il est préférable de postuler à temps que de travailler sur votre CV pendant des semaines jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

5) La peur de la hiérarchie

Naturellement, nous avons tous peur d’approcher quelqu’un qui semble trop haut dans la hiérarchie. Le PDG, par exemple.

Paradoxalement, plus une personne est dans une hiérarchie et plus vous avez de la chance, il prendra soin de votre demande s’il la reçoit. Je souligne la deuxième partie. En effet, si vous grimpez trop haut, vous passerez nécessairement par le filtre d’un assistant ou d’un secrétaire. Donc on doit doser.

Mais si vous arrivez à avoir quelqu’un directement, vous êtes plus susceptible que de passer par quelqu’un de plus bas dans la hiérarchie. Tout d’abord, parce que les gens sont surtout amicaux, quel que soit leur rang. Vous serez souvent surpris par l’accueil que vous recevrez. Deuxièmement, cette personne aura plus de leviers d’action à sa disposition, même si elle ne prend pas soin de la décision.

6) Peur d’être différent

Ne soyez pas consultants parce que tout le monde autour de vous devient consultant. Que ce soit parce que tu le veux. Ne choisissez pas votre carrière par conformité.

J’ ai un ami qui me dit que son rêve est de passer son temps à vendre des frites sur une plage brésilienne. Jusqu’à présent, je me demande ce qui l’empêche de le faire.

Si au fond de votre rêve est de prendre soin des chevaux pendant que vous avez étudié les RH qui n’ont rien à voir avec, chaque action que vous faites devrait vous rapprocher de votre rêve. Commencez par prendre un emploi dans les RH pour vous sauver et sans perdre de vue votre objectif est une chose, le faire parce que votre famille, vos proches, vos enseignants, vos camarades, votre conjoint s’attendent à cela de vous est une stupidité et une attaque contre vous-même.

7) La peur de soi

En même temps, vous devez savoir ce que vous voulez. « La plupart des gens ne trouvent pas leur emploi de rêve non pas parce qu’ils manquent d’information sur le marché du travail, mais plutôt parce qu’ils manquent d’information sur eux-mêmes. »

Nous avons souvent peur de faire une véritable introspection parce que nous avons peur de ce que nous pourrions y trouver . Parce que nous savons que nous n’avons jamais pris le temps de chercher ce que nous voulons pour nous-mêmes et non ce que la société veut pour nous. Cependant, tout le reste est égal, faire de l’autruche ne vous avance à rien : il est préférable de savoir quel est votre rêve.

Par exemple, le la dernière fois que j’ai fait mon introspection, j’ai réalisé que mes passions profondes étaient l’écriture et l’enseignement. Une fois que je l’ai accepté, j’ai réorganisé mon cheminement de carrière. J’ai cessé de penser « c’est impossible parce que je ne suis ni journaliste ni professeur » et j’ai fait tout ce que je pouvais pour me rapprocher de cet objectif. Jusqu’à rejoindre une petite entreprise où mes missions sont d’écrire sur le blog et de donner de la formation.

Même si votre rêve semble impossible, savoir dans quelle direction il est situé est crucial si vous voulez prendre le bon chemin. Même si vous ne touchez jamais le nord, une boussole est un instrument fondamental.

Conclusion

Laissez-vous inspirer par le slogan Nike : Faites-le. Laissez-vous inspirer par le slogan de Facebook : Déplacez vite et brisez les choses. Essayez vos idées plutôt que de les penser. En fin de compte, comme on dit, le secret de l’action estdémantèlement.

ARTICLES LIÉS

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!