Accueil Formation Ouvrir un barber shop : les bonnes étapes pour réussir

Ouvrir un barber shop : les bonnes étapes pour réussir

On remarque depuis quelques temps l’avènement de plusieurs salons de barber shop dans toute la France. Pour ceux qui souhaiteraient donc se lancer dans la course, nous allons présenter dans ce texte les différentes étapes à accomplir. De la recherche de financement à l’étude de marché, en passant par les documents légaux et administratifs à remplir, nous allons vous dévoiler étape par étape les démarches à suivre pour ouvrir un salon de barber shop.

Le Barber Shop

Définition

Un Barber Shop, connu en France sous le terme de « salon de barbier », désigne un magasin dans lequel exerce un professionnel de l’entretien et de la coupe de la barbe, de la moustache mais également de la chevelure des hommes. Ce professionnel est communément appelé le barbier ou « Barber ».

A découvrir également : Quelles sont les offres de formation à distance disponibles chez EFC ?

Le Barber Shop peut donc être qualifié de salon de coiffure pour les hommes.

Fiche métier du barbier

Le métier de barbier est relativement ancien,  mais pourtant le professionnel d’aujourd’hui utilise des méthodes quelques peu modernes. En effet, si auparavant le barbier s’occupait essentiellement de l’entretien et du traitement de la barbe ou de la moustache, de nos jours il possède les compétences nécessaires pour couper et entretenir les cheveux de ses clients, de réaliser des épilations et même des colorations.

A lire en complément : Comment faire pour travailler à la SPA ?

Le rasage et la taille de la barbe ou de la moustache sont toujours pratiqués en respectant la technique traditionnelle. Le barbier professionnel doit alors maîtriser à la perfection la technique du rasage à l’ancienne ainsi que les outils nécessaires à son application : rasoir, coupe-choux, tondeuse, ciseaux, peigne, savon à barbe et blaireau.

Professionnel de la coiffure, le barbier possède les compétences pour réaliser des soins capillaires sur tous types de chevelure : afro, lisse, frisé, bouclé, etc… Les soins comprennent l’application de shampoing, le brushing, le coiffage et le modelage. Il pourra ainsi effectuer un relooking complet pour sublimer ses clients, en adaptant les coupes et les barbes selon leur morphologie, avec une touche bien masculine.

Les barbiers travaillent généralement que sur rdv, et accueillent les gentlemen sur des fauteuils de barbier.

Suivre des formations pour ouvrir un barber shop

Le métier de coiffeur-barbier est un métier de tradition, impossible à improviser. Il est donc indispensable de suivre des formations et obtenir sa certification avant de pouvoir ouvrir son propre salon. Vous pouvez consulter le site de Pop Hair Formation pour connaître le  prix d’une formation barbier.

Bien qu’il n’existe aucun diplôme d’Etat, le brevet professionnel est tout de même obligatoire. Ce brevet s’obtient à la suite d’une formation où l’étudiant pourra obtenir les certifications suivantes :

  • Le brevet professionnel de coiffure (BP) : Permettant à son titulaire de gérer sa propre entreprise. Celui-ci peut être employeur au sein d’un Barber Shop et maîtrise les techniques capillaires ;
  • Le brevet de maîtrise de coiffure (BM) : Octroyant à son titulaire le titre de coiffeur hautement qualifié, ce brevet lui permet également d’ouvrir et de manager un ou plusieurs Barber Shop ;
  • Un diplôme inscrit au RNCP en lien avec le métier de la coiffure.

La structure juridique pour ouvrir un Barber Shop

Le choix du statut juridique du Barber Shop est un sujet délicat à prendre très au sérieux. En effet, c’est celui-ci qui va définir le régime social du dirigeant de l’entreprise, le régime d’imposition et la responsabilité du dirigeant.

Le choix de la micro-entreprise n’est pas trop conseillé en raison des plafonds micro-entrepreneur. En effet, si le Barber Shop dépasse le chiffre d’affaires annuel de 70 000 €, le salon perdra alors tous les avantages liés à son statut.

La création d’une société est donc plus judicieuse. Les barbiers optent alors pour le SARL ou le SAS lorsqu’ils sont plusieurs à s’associer, ou bien de EURL et de SASU lorsque le barbier se lance personnellement. Ces statuts permettent ainsi de limiter la responsabilité personnelle du dirigeant.

1

ARTICLES LIÉS